Input your search keywords and press Enter.

Interview de… Marlin, la promesse d’un avenir radieux !

Marlin Photo

Nous sommes allés à la rencontre de Marlin, jeune cador de la nouvelle scène électronique française. Six mois après la sortie de son EP ensoleillé « Nights », Marlin affine son live et nous prépare une année 2018 animée !

 

Riptide : A 21 ans, tu as sorti en juillet dernier ton premier EP intitulé « Nights ». Dans cet EP, on entend toutes les influences qui te caractérisent : Tame Impala, Travis Scott etc.
Comment as-tu composé cet EP ? Sur quel logiciel as-tu travaillé ?

Marlin : J’ai essayé d’être toujours actif dans ma création et dans ma production.
Je travaille principalement sur ordinateur.
Je peux ainsi créer n’importe où : en studio, chez moi et même en voyage.
J’ai réalisé un certain nombre de démos puis j’ai signé l’année dernière sur le label Elektra en France.
Suite à ça, on s’est dit qu’on allait faire un EP.
J’ai donc sélectionné six titres que j’avais produit soit chez moi soit dans mon studio à Saint Ouen.

J’ai presque tout produit tout seul : les voix, les instruments etc… Puis je suis parti pendant quatre mois dans un studio avec un mixeur/producteur qui m’a aidé à finaliser les titres.
Pour le logiciel, je travaille sur Logic Pro.

 

Riptide : On connaît bien Elektra France pour son travail profond et qualitatif. Le label est spécialisé dans le développement d’artiste. Est-ce pour cette raison que tu les as choisis ?

 

Marlin : C’était principalement une question de feeling.
Il y a maintenant deux ans, j’ai signé chez Universal Publishing en édition.

Après avoir produit mes démos, nous nous sommes mis, avec mon manager, en quête d’un label.
Nous avons décroché plusieurs rendez-vous et c’est avec Elektra que nous avons eu le plus d’affinité. Ils avaient déjà une stratégie et une manière d’aborder le projet qui me plaisaient.

 

Riptide : Donc tu travailles quotidiennement avec eux ? Tu as un chef de projet, un DA ?

 

Marlin : Exactement, je suis en contrat d’artiste donc ils m’aident pour tous mes besoins artistiques.

Marlin Photo

©Quentin Curtat

Riptide : Étant multi-instrumentiste et seul sur scène, nous imaginons que ton live est extrêmement bien préparé ? Comment le travailles-tu ?

 

Marlin : Le live est tout récent. J’ai joué au Bar en Trans à Rennes dans le cadre des Trans Musicales dernièrement. Étant tout seul, je ne peux pas tout jouer, du coup je configure les pistes de mes morceaux que j’adapte au live et si à tel moment je souhaite jouer du piano ou de la guitare je le joue pardessus en live.

À découvrir dans les dates à venir !

 

Riptide : C’est un moment privilégié pour toi le live ?

 

Marlin : Le live fait vivre les morceaux autrement, tu les réinterprètes sur scène et rien que l’ambiance donne encore plus à l’interprétation.

Jusqu’à maintenant je n’avais fait que des DJ sets. Or, le live est réellement une autre performance surtout lorsque tu es musicien et multi-instrumentiste.
Pouvoir chanter, jouer du piano, de la guitare rend le tout beaucoup plus musical et vivant.

 

Riptide : En ce qui concerne ton image, on voit qu’elle est très travaillée. Ton positionnement est très abouti et réfléchi. Comment as-tu travaillé l’image ?

 

Marlin : J’ai travaillé avec un crew qui s’appelle PANAMÆRA. Ils ont réalisé les deux clips qui sont sortis ainsi que la pochette.
Nous avons cherché à avoir une approche cohérente sur l’ensemble du projet.
Aujourd’hui l’image est primordiale. Mon pote Martin Luther BB King – le guitariste des Naive New Beaters – me disait récemment « Aujourd’hui, la dernière chose à laquelle le public s’intéresse c’est la musique ».

Il faut une image solide. C’est d’ailleurs amusant de créer l’univers d’un clip de A à Z. Nous avons tourné les deux clips à Los Angeles, c’était une expérience géniale.

Riptide : La suite : un deuxième EP ? un album ?

 

Marlin : Aujourd’hui on exploite à fond l’EP « Nights » mais évidemment je suis toujours en train de produire de nouveaux titres que je sois en studio ou ailleurs.
Je cherche à roder encore le live pour toujours progresser.

 

Quelques questions légères pour finir :

 

Riptide : Si tu étais un instrument ?

Marlin : Un piano ; j’adore les harmonies et tu peux jouer tous les accords possibles sur un piano.

 

Riptide : Si tu étais une chanson de Johnny ?

Marlin : « J’ai oublié de vivre ».

 

Riptide : Si tu étais un festival ?

Marlin : Woodstock.

 

Riptide : Si tu étais une boisson (alcoolisée) ?

Marlin : Un Gin Tonic.

 

Riptide : Si tu étais un personnage de Star Wars ?

Marlin : Dark Maul.

 

Riptide : Pour finir, ton motto (ta devise) :

Marlin : « Five, four, three, two ,one : turn it down! », les paroles de mon titre « 54321 »

 

On remercie Marlin d’avoir accepter de passer du temps avec notre rédacteur et on reste aux aguets pour vous transmettre son actualité !

Responsable des gourmandises lettrées que je vous procurerai !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.