Interview Jordan Lee + EP « Therapy »

Le nouveau membre du label Roche Musique sera au Social Club (3×2 Places à remporter ici) ce samedi pour présenter son dernier EP « Therapy » avec Cézaire, Dabeull et Kartell. Malgré cette semaine très chargée entre release et Dj Set, il nous accorde un peu de son temps pour répondre à nos questions. En bonus, découvrez son EP pendant la lecture de l’interview.

Lire la suite

1. Qui êtes-vous ? 

Je m’appel Jordan Lee , j’ai 24 ans et je suis Auteur, compositeur, chanteur, beatmaker et plombier de temps en temps…(rire)

2. Jordan Lee c’est votre vrai nom?

Bah oui pourquoi…? (rire)

3. Vous êtes chanteur, compositeur et beatmaker, Depuis combien de temps faites vous de la musique? d’où vous vient cette passion?

J’ai commencé à m’intéresser à la musique très tôt et j’ai toujours chanté. J’ai fait mes premiers arrangements au alentour de 13/14 ans, cela doit faire réellement 11 ans que je m’essaye à différentes choses dans la musique. Ma grand mère chantait beaucoup et mon grand père l’accompagnait au luth. Mais c’est vraiment mon père (Bassiste, arrangeur) qui je pense, m’a donné le gout de faire de la musique.

5. Si vous pouviez décrire l’univers de Jordan Lee en trois mots ? 

Rythme,Passion et Melodies.

6. Si vous n’aviez pas été dans la musique, comment vous verriez vous aujourd’hui?

C’est marrant j’en parlai il y a quelques jours avec des amis. J’ai d’autres passions comme le dessin par exemple, mais je pense sincèrement que j’aurais fait un métier lié a la musique… peut être Manager, attaché de presse ou j’aurais surement monté un label.

7. Comment réalisez vous vos productions ? Quel est l’ingrédient premier de la réussite ?  

J’ai pas vraiment de recette pour faire mes morceaux, c’est assez aléatoire. Des fois je vais avoir une mélodie qui me vient dans la rue puis je l’enregistre sur le téléphone, puis une fois à la maison, j’essaye de la mettre en forme. D’autre fois je vais simplement me mettre devant un synthé pour chercher des harmonies ou alors je vais fabriquer une structure un peu comme un beatmaker ferait pour un rappeur, puis j’essaye de trouver la mélodie la plus efficace…Je pense qu’il n’y a pas d’ingrédient miracle pour réussir un morceau. Ça m’arrive souvent d’arriver à quelque chose qui me plait sans même le faire exprès…(rire)

8. Pourquoi avez vous choisi de vous orienter vers une carrière solo? Que devient votre groupe Love on the Beat?

Il s’est passé qu’avec le groupe, après l’enregistrement de l’album, on a eu une petite baisse de régime et j’avais rien d’autre sur le feu a cette époque la. Du coup j’ai commencé a faire des démos tout seul, sans même savoir ce que j’allais en faire, puis je les ai envoyé aux copains juste pour avoir des avis et au fur et à mesure des retours positifs , j’ai commencé à me poser la question d’un projet tout seul. Avec LVB, On entame une belle tourné début 2015 et comme je l’ai dit précédemment notre premier album est prêt, et sortira très prochainement.

9. Quel est votre plus beau souvenir de live? Avez vous une anecdote ? 

J’ai pas encore eu l’occasion d’exploiter le live en solo. Mais avec LOVE ON THE BEAT : une date aux jardins de bagatelle en plein air, dernier morceau du concert,  il commence a pleuvoir et la bâche ne protégeait plus grand chose. Résultat les synthés pleins d’eaux , le son coupe et j’ai fini le concert a capella…(rire)

10. Votre nouvelle EP « Therapy » est incontestablement orientée RnB alors que vos influences avec votre groupe étaient plutôt pop, pourquoi avoir choisi cette nouvelle voie? Qui sont vos mentors dans ce domaine?

C’est clair qu’il est difficile de nier que cette EP est empreint de RnB. Déjà pour moi la Pop et le RnB sont étroitement liés. Il suffit de ce rendre compte qu’aujourd’hui ces termes ne veulent plus dire grand chose. Les styles ce mélange, il n’y a plus de barrière à ce qu’un artiste travaille sur différents style de musique et je trouve ça vraiment bien qu’il n’y ai plus besoin d’être catégorisé.

J’ai toujours baigné dans cette culture de ce qu’on appel la « Black musique » de par mon père. J’ai grandit aussi dans la période où Rkelly, B2K était au top des Charts donc pour moi c’était quelque chose de pas vraiment réfléchit de faire un EP assez RnB. Énumérer la listes de mes influences dans ce domaine serait long, mais pour ne citez qu’eux : Stevie Wonder, Pharrell, D’Angelo…

11. Aujourdhui la scène RnB française est encore très peu mise en avant, pensez vous pouvoir faire évoluer les mentalités et devenir le nouveau « Justin Timberlake » français ?

Ce serait trop prétentieux de dire que je pourrais faire cela. La France prend une réelle place dans la musique internationale aujourd’hui avec des artistes comme Daft Punk, Phoenix ou plus récemment FKJ , Darius… si j’arrive déjà à me frayer une petite place j’en serait très content…(rire)

12. Lequel des 4 titres de votre nouvelle EP vous rend le plus fière ? 

C’est une question difficile parce que ce premier EP c’est un peu comme mon premier bébé. (rire) Mais si je devais choisir, je dirais « Fuckin’ Down »

13. Sur quelle scène française aimeriez vous présenter votre EP ?

A L’Olympia…? (rire)

14. Quel super héros voudriez vous être?

Wolverine , j’aime bien la personnalité du gars il est hargneux ! (rire)

15.. Si vous étiez un animal ?

Un Lion.

16. Si vous étiez un film ou une musique ?

17. Blondes ou brunes ? 

Blorunes.

18. Avec quel artiste mort ou vivant aimeriez vous faire un featuring?

Encore une fois, la liste est super longue… Franck Ocean ?

19. Quelle musique dans votre iPod n’assumez vous pas ?

Quelques vieux morceaux que j’ai pu faire étant jeune… (rire)

20. Quels sont vos projets pour l’avenir? 

Pour l’avenir ? Faire encore beaucoup de musique.

Merci à Jordan Lee d’avoir répondu à nos questions.


Plus d’info sur Jordan Lee :