Interview Maxime Dangles

Lucas, LE reporter du jour au Kolorz festival a décidément bien travaillé, il a profité pour attraper le DJ Maxime Dangles en coulisse et lui poser quelques questions sur son univers, sa musique et ses projets.

Qui es tu ?

Maxime Dangles, un artiste qui fait de la musique électronique, j’ai 30 ans. Ça va faire bientôt 10 ans que je fais de la musique électronique, que j’en vis du moins et que je tourne en France.

Depuis combien de temps fais-tu de la musique, et notamment de la production?

Ça fait vraiment très très longtemps, ça remonte au premier ordinateur que ma mère m’a acheté, donc ça date de ouuuuuuf j’étais au collège. C’est vrai que c’est comme une drogue, ça m’a jamais lâché, j’ai essayé une fois et depuis je fais de la musique tout les jours.

Quelles sont tes influences musicales et artistiques?

Je dirais que les premières grosses influences c’est la vie de tous les jours en fait, les bons trucs, les mauvais trucs, ça c’est l’inspiration. Pour moi la musique c’est un genre de défouloir, donc du coup je mets toute l’énergie de la vie dans la musique, ça c’est la 1ère grosse inspiration.
Après il y a des artistes que j’aime bien comme Apparat, Rone, tout ça, qui certainement m’influencent, après j’ai pas vraiment d’artistes techno qui ont vraiment une grosse influence sur moi, mis à part peut être mes amis comme Electric Rescue ou Traumer ( ndlr Mod3rn), où la forcément on se fait écouter des choses entre nous.

Paul Nazca aussi un peu ?

Paul aussi bien sûr, c’est grâce à Paul si aujourd’hui je travaille plus avec des machines, c’est lui qui m’a donné le virus des machines donc, au début moi j’étais que sur et avec un ordinateur, et c’est lui qui m’a donné ce virus là.

Peux-tu décrire l’univers de « Maxime Dangles » et de ton 1er et nouvel album « Résilience » quelques mots ?

Bah le mot c’est résilience, c’est vraiment ça, c’est une «  nouvelle période » en fait car l’album a marqué la fin d’une ère pour moi qui n’était pas facile. Résilience ça veut dire réussir à rigoler des trucs de merde qui peuvent t’arriver à les accepter et avancer.

Et si tu devais mettre aussi (2) d’autres mots à part résilience, qui se rapprocheraient de ce terme ?

Je dirai «  fierté » car c’est mon 1er album donc je suis quand même assez fier d’avoir fait un album déjà, et puis fierté aussi parce que c’est sorti sur le label de Electric Rescue (skryptom) J’en suis également très fier parce que c’est fait maison, c’est made in France.
Un autre mot, c’est heureux car il y a des bons feedbacks sur cet album donc tout ça c’est des bonnes vibrations, c’est très cool !

Comment réalises-tu tes productions ? Ton ingrédient premier d’une production réussite ?

Les intentions premières, l’inspiration, ça doit venir tout seul. C’est-à-dire que mes morceaux dont je suis le plus content et le plus fier , c’est des morceaux que j’ai fait assez rapidement en fait.
Parfois, ça m’arrive de réécouter des tracks, et c’est comme si d’un coup je passais dans un autre monde, je me dis « putain c’est moi qui ait réussi à faire ça, mais comment j’ai fait quoi ?! »  je me demande moi-même comment j’ai été capable de faire ça, et si je voulais le refaire je pourrais pas, donc c’est un peu de chance finalement.

C’est mon ingrédient principal, et comme je disais, maintenant je travaille qu’avec des machines surtout mon synthé modulaire. C’est un truc énorme quoi, tout part de la, depuis que j’ai acheté cet instru, la manière de réaliser mes productions a changé.

Un mot sur la période du mythique et nostalgique after Bar Live, c’est ce lieu qui t’a poussé et lancé vers la techno non ?

Ah bah oui ! En allant à l’Amnesia avec mes potes au cap d’Agde, on a croisé quelqu’un qui nous a dit «  faut aller à la villa rouge », et à la villa rouge on nous a dis «  faut aller au bar live ». Le premier bar live que j’ai fais, j’ai dis :«  c’est bon, c’est cette musique que je veux faire !». J’y suis retourné plein de fois en tant que client, mais en vérité j’y allais pour inspecter les sons et prendre une leçon, écouter, regarder ce que les gens aimaient et comment ça réagissait. S’il y avait pas eu le bar live, je ne serais pas là en train de discuter avec toi je pense.

Tu es souvent playlisté et tes tracks sont jouées par le Papa de la techno française, Laurent Garnier, et ce dernier ne tarit pas d’éloges à propos de toi et de ton premier et nouvel album ! Quel effet ça te fait d’avoir une telle reconnaissance par fe ?

Ça me fait énormément plaisir, après moi je suis quelqu’un qui me prend pas trop la tête, je prends beaucoup de recul justement par rapport à l’album. Je suis super content et fier forcément, mais je vais pas me la raconter même si c’est sur que quand t’es playlisté et que tu as des éloges de Laurent Garnier, c’est énorme !
Le beau cadeau qu’il nous a fait, c’est quand il a joué « Résilience » aux Nuits Sonores , c’est son dernier track du set, c’est le closing, il le filme lui-même, il nous l’a envoyé par mail et il était super content. Ca veut vraiment dire que le gars est franc. Et puis forcément franchement nous ça nous aidé, skryptom c’est un petit label, donc ca peut que nous aider des trucs comme ca, c’est génial !

Un mot sur le projet Mod3rn ou tu collabores et joue avec Traumer et Electric Rescue ?

A la base, c’était une excuse pour jouer entre copains et se voir plus souvent ! On avait envie de boire des binouzes ensemble, ils habitent à Paris, j’habite à Valence, et voilà on avait envie de se voir plus souvent, on est amis, on sait par skype tous les jours, mes meilleurs souvenirs de soirée c’est avec eux quoi !

Avec quel artiste mort ou vivant aimerais-tu faire un featuring ?

Huuuuuum Apparat je pense. Je kiffe, je suis un grand grand grand fan de Emilie Simon en fait, vraiment, je connais tous ses albums par cœur, je vais la voir en concert, avec ma chérie on est méga fans mais genre méga méga méga fan, des vraies groupies quoi  ! Dis toi que j’ai faillis me battre avec un videur parce que j’ai voulu récupérer une affiche hahaha ! Et c’est Noémie qui m’a dit «  Oh Max calme toi, je te reconnais pas ! » , je suis un fou !

J’ai un titre de disque à te demander : c’est le morceau qui ne quitte jamais ton bac
(2eme titre : quelle est ta track / pépite du moment ? )

(alors ma pépite du moment c’est un mod3rn qui est pas sorti , que je joue tout le temps. Il y a aussi un track de moteka qui va sortir sur skryptom mais qui sort en septembre je crois, et il a vraiment fait un track énorme). Après un disque qui quitte jamais mon bac ? ça c’est difficile à répondre parce qu’il y en a beaucoup

Celui qui te vient à l’esprit en premier alors ?

Poooooou, il y en a un en ce moment qui quitte jamais, c’est Daniel Bale, je sais plus le nom. C’est pas facile comme question parce que moi mon bac il évolue constamment

A l’inverse : quel est le morceau dans ton ipod que tu n’assumes pas ?

Franchement, je crois que j’en ai pas, parce que je suis super difficile en musique en fait. J’écoute pas du tout la radio, je supporte pas les pubs. Après j’assume tous mes choix hein franchement, allez peut-être des disques pour rigoler genre «  les sardines », des trucs comme ça entre potes, mais je l’ai pas sur mon ipod hein hahahahah !

Quelques mots sur ta prestation que tu viens de faire pour l’ouverture de cette 2eme et dernière nuit du Kolorz ? Comment as-tu ressenti le public ?

Alors j’ai senti le soleil surtout ahahahah, il faisait très très chaud !
Après en effet, je faisais le warm up du festival, il y a pas eu grand monde forcément et toute façon c’est normal c’est 18h. Je suis venu dans cette optique la, j’ai joué presque une demie heure de son electronica, j’ai pas joué techno pendant la première demie heure et puis je venais pour kiffer !
Pascal Peck, l’organisateur, c’est quelqu’un que j’adore et en qui je fais énormément confiance, il a bien aimé l’album. Il m’a booké et j’étais super fier vu le line up de fou de ce soir je pouvais être qu’en warm up. J’étais très bien à ma place, j’étais très content de le faire, j’ai kiffé et voilà c’est tout quoi !

Un dernier mot pour chill music et tes fans ?

J’espère que vous avez kiffé l’album, merci de votre soutien en tout cas ça me touche énormément, à très bientôt j’espère !

Plus d’infos sur Maxime Dangles :

[av_iconlist position=’left’ font_color= » custom_title= » custom_content= » color= » custom_bg= » custom_font= » custom_border= »]
[av_iconlist_item title=’Facebook’ link=’manually,https://www.facebook.com/maximedangles?fref=ts’ linktarget=’_blank’ linkelement= » icon=’ue8f4′ font=’entypo-fontello’][/av_iconlist_item]
[av_iconlist_item title=’Twitter’ link=’manually,https://twitter.com/maximedangles’ linktarget=’_blank’ linkelement= » icon=’ue8f2′ font=’entypo-fontello’][/av_iconlist_item]
[av_iconlist_item title=’Soundcloud’ link=’manually,https://soundcloud.com/danglesmaxime’ linktarget=’_blank’ linkelement= » icon=’ue913′ font=’entypo-fontello’][/av_iconlist_item]
[/av_iconlist]

[av_hr class=’default’ height=’50’ shadow=’no-shadow’ position=’center’ custom_border=’av-border-thin’ custom_width=’50px’ custom_border_color= » custom_margin_top=’30px’ custom_margin_bottom=’30px’ icon_select=’yes’ custom_icon_color= » icon=’ue808′ font=’entypo-fontello’]