Report – Dour Festival 2015

Durant 5 jours (15 au 20 juillet) le festival DOUR s’est tenu au beau milieu de la campagne belge (la machine à feu). Réputé pour son immensité et sa grande variété de genre musicaux, je vais vous faire part de mon ressenti (premier DOUR) vis-à-vis de ce road trip musical.

ORIGINES & VALEURS

Tout d’abord, revenons aux sources, DOUR est un festival de musique qui a lieu depuis 26 ans à la frontière belge non loin de Valenciennes. L’événement attire désormais plus de 200 000 personnes grâce à sa programmation très variée. Et oui, tout le monde y trouve son compte, aussi bien reggaeman que métaleux ou encore technoman. Tout est sur place.

D’ailleurs après avoir vu l’étendue du site (100 hectares), une telle répartition musicale ne m’a plus étonné. Au village, huit grandes scènes (chapiteaux et scènes extérieures) sont réparties sur le site et détiennent chacune un style musical particulier. S’ajoute à celles-ci, stand de nourriture, bar, animations, auto tamponneuse, espace détente, mini terrain de foot […]. De quoi bien marcher toute la journée !

Mais DOUR, c’est avant tout un séjour de 5 jours dans une ambiance conviviale, festive où tout le monde éprouve le même amour pour la musique. D’où le slogan «DOUR mon amour ».


RESSENTI APRÈS 5 JOURS À DOUR

Voici désormais mon ressenti sur ce premier DOUR suivant ces critères : accès festival, vie au camping, le village, la propreté, le type de festivalier et enfin les concerts.

Accès au festival

L’accès au festival a été une vraie galère. Bouchon à la sortie d’autoroute (environ 2h d’attente), et re-bouchon une fois voiture garée. Le dernier bouchon était le plus horrible. Un entassement de festivaliers avec sacs de rando, tente, chariot, roulotte etc.. dans une largeur de 5M sur un chemin de campagne. Une fois bracelet au poignet, il fallait encore marcher 30min avant d’arriver au camping. Bref, sortie d’autoroute à 11h, et tente installée à 15h. Mieux vaut être très tolérant, ce n’est qu’un mauvais moment à passer, la suite en vaudra le coup!

Camping

Arrivée en même temps que tout le monde, il ne restait de la place seulement au camping D, le plus grand et le plus loin des scènes. Un camping très turbulent, destiné aux plus festivaliers d’entre nous. Aucun moment de calme, même à 8h du matin. Et à 11h soyez prêt à bouger sur la séance de fitness. Dur dur…

Village

Quant au village du festival, il était immeeeeeeeeeense! Huit scènes de son toujours blindées de monde et réparties aux quatre coins du site. Niveau nourriture (hamburger, pizza, sandwich, patte, pitta géante, smoothie, glace…) et boissons, tout était sur place et proche des scènes. Le village comprenait aussi plusieurs stands d’animations, tel que Coca Cola et Proximus.

Propreté

Pour la propreté du festival, ne vous attendez pas à une herbe super clean et fraîche. DOUR est un événement de 5 jours rassemblant près de 40 000 personnes chaque jour, il y a forcément des dégâts. Malgré la bonne volonté des organisateurs qui ont installé des stand eco-change pour changer des gobelets/sac poubelle remplie contre un ticket drink et le courage des bénévoles pour nettoyer tous les matins, DOUR ne peut être impeccable face à une telle foule.  On retiendra que les stands eco-change étaient très efficaces pour les grands buveurs ayant claqués toutes leur tune le premier jour.

Les festivaliers

Pour les festivaliers présents à DOUR, il y avait de tout. Des étrangers, des belges, des français, des teuffeurs, des reggaeman et leur beuh, des groupes plus techno et leur substances, des rockeurs et leur crêtes vertes, deux trois familles et quelques enfants en journée. Un festival pour tous !

FILE0008

Les concerts

Concernant les différents concerts du festival, impossible d’assister à tous (à moins d’avoir un don de téléportation). La meilleure méthode pour optimiser un max sa soirée, c’est d’élaborer un programme à la journée, suivant les artistes et les lieux des scènes. C’est l’inconvénient des grands festivals avec une programmation aussi complète, tout ne peut être vu, et beaucoup d’artistes se déroulent en même temps.

FILE0050

Mes coups de coeur 

A. G. COOK : la grande découverte de DOUR, et la surprise d’un live aussi bon

: Pour son interprétation plus que vivante! C’était fou

Little Big : Pas partisante de leur musique, mais j’ai assisté à leur live par simple curiosité, et j’ai été surprise. J’ai aimé et dansé ! Comme quoi, le live, ça rend autrement.

Salut c’est cool : La valeur sûre

 FKJ : Pour la chillance de l’aprem

Les déceptions

SBTRKT : Live sur la grande scène extérieure Last Arena, qui à mon gout ne diffusait pas un son assez fort. Peu de basse, et les paroles étaient méconnaissables. J’aurais surement préféré ne pas voir le groupe.

Snoop Dogg : Trop de monde et son pas au point non plus.

Nina Kraviz : Set d’1h30 trop court, je n’étais pas plus emporté que ça. Très déçue.

Mes plus grands regrets

Danny Brown, ÂME, Recondite, Isaac delusion et YELLE pour le trip

Pour conclure sur ce festival en Belgique, DOUR est un long road trip musical qui a la particularité de rassembler une line-up immense et très variée. À DOUR les journées sont rythmées par la musique, si ce n’est pas par un concert, ça sera pas un mec qui se trimbale avec son enceinte portable ou un autre qui chante acapela ! Bref, DOUR est, je pense, une expérience à faire et qui ne peut qu’être enrichissante. Dans mon cas, je réserve déjà ma troisième semaine de juillet 2016 pour la Belgique !

DOUREUUUH !


 

Related Post