Report – N.A.M.E Festival

Notre reporter d’un soir, Matthieu D. s’est rendu au N.A.M.E Festival à Lomme le 02 octobre dernier avec au programme, deux jours composés de line-up de qualité. Il vous livre son vécu de ce week-end entre tapage de pied et avalanche de bass.

N.A.M.E 2015 : Simple, brutal et sans compromis !

Ca s’est passé au M.I.N (Marché d’intérêt national) de Lomme, près de Lille : Plus de 6500 personnes ont envahi un seul et immense hangar « le carreau des producteurs », réservés habituellement pour le stock de fruits et de légumes frais, qui s’est transformé pour l’occasion en hangar destiné aux amateurs de techno bien moins frais que les produits habituellement stockés !

Un très grand espace, qui est bien pensé par les organisateurs car le nombre de participants ne cesse d’augmenter chaque année. Pour cette dernière, les ingrédients sont : du béton, du light show et de la techno ! Autre nouveauté : le designer Julien Kieffer a construit une petite scène extérieur avec des centaines de palettes !

Nouveau lieu donc, pas de grande nouveauté niveau programmation mais toujours de qualité. Deux scènes qui se font face et qui balance un déluge de bass.

[av_slideshow size=’featured_large’ animation=’slide’ autoplay=’false’ interval=’4′ control_layout=’av-control-minimal’]
[av_slide id=’14658′][/av_slide]
[av_slide id=’14661′][/av_slide]
[av_slide id=’14656′][/av_slide]
[av_slide id=’14659′][/av_slide]
[av_slide id=’14657′][/av_slide]
[av_slide id=’14660′][/av_slide]
[/av_slideshow]

© Alexandre Boidron et Maxime Chermat

Nuit 1

La room 1 est dédiée à un son deep house : Matthus Raman assure un set de qualité comme à son habitude, un son deep mental qui permet au festival de bien démarrer et aux personnes déjà présentes de se trémousser comme lors d’un entraînement avant d’entamer 6h de marathon. Vaal B2B Somne suit la même ligne de basse lancé par son prédécesseur, puis arrive Tales Of Us, deux dj’s mondialement connu qui continuent leur tour de France en passant dans la région pour distiller leur son, teinté de mélodies joyeuses.

Dans la room 2, un son bien plus brut pour notre plus grand plaisir auditif. Du lourd, de la qualité, un line-up qui s’enchaîne parfaitement et qui nous fait voyager à travers les États-Unis et l’Allemagne. Entre le set barré de Barnt, suivi du génial et touche à tout Audion qui nous présente son live techno, froid, planant, on se prépare avant la grande accélération que nous réserve Carl Craig.

Connu pour être un des fondateurs du son de Détroit et notamment pour ses influences Jazz (qu’il laissera un peu de coté, ce qui n’est pas pour nous déplaire), il manie ses platines tout en souplesse et nous laisse en communion. Viens ensuite le pape du son allemand, j’ai nommé Marcel Deetman du légendaire club : Le Bergain (lieu mythique à Berlin où peu de touristes arrivent à pénétrer sans se faire virer par le grand tatoué et peu catholique Sven Marquadt). On peut dire que Marcel a mis tout le monde d’accord !

Fin de cette première soirée à 6h00. Le son s’arrête net. Quelques milliers de personnes quittent le site des M.I.N. Une étrange impression d’une scène tout droit sortie de la Zombie Walk dans laquelle les festivaliers essayent de regagner le métro le plus proche avant que le jour se lève.

[av_slideshow size=’featured_large’ animation=’slide’ autoplay=’false’ interval=’4′ control_layout=’av-control-minimal’]
[av_slide id=’14672′][/av_slide]
[av_slide id=’14667′][/av_slide]
[av_slide id=’14670′][/av_slide]
[av_slide id=’14669′][/av_slide]
[av_slide id=’14666′][/av_slide]
[av_slide id=’14665′][/av_slide]
[av_slide id=’14664′][/av_slide]
[av_slide id=’14663′][/av_slide]
[/av_slideshow]

© Alexandre Boidron et Maxime Chermat

 Nuit 2

Before spécial Détroit à la Gare Saint Sauveur avec pour l’occasion une scène à l’extérieur et des invités de marque venus des states : Keith Kemp et Alan Oldham ! Une sacrée ambiance pour se remettre dans le bain, histoire de faire quelques exercices avant de retourner pour cette deuxième nuit marathon.

Arrivé à minuit, pas le temps d’hésiter entre deux salles, direction la Room 2 et cela pour toute la nuit. Après  Marcel Deetman, c’est Ellen Allien qui régale. Alors là, son set est juste parfait, un son techno, hypnotique à souhait, une connexion musicale s’est créée entre les festivaliers. C’est ensuite au tour du ténébreux Ben Clock résident lui aussi du Berghain, qui pour la première fois est présent au N.A.M.E. Un son sans concession, rentre dedans comme il faut.

Petit retour dans la room 1 vers 4h00 où APM nous envoie un son correct avec Fanny Bouyagui aux images.

Pour résumer, une édition qui restera dans la mémoire collective et qui a su comme à son habitude nous faire taper du pied sans compter les heures. Un régal d’avoir ce genre de festival dans notre belle métropole lilloise.


musichill