Report Weather Festival 2015

Le weather summer festival fêtait sa troisième édition au Paris center Event le 12 septembre dernier. Notre reporter Chill-Music vous livre ses impressions sur l’un des festivals les plus renommés.

L’arrivée au Weather Summer :

Samedi 12 septembre dernier s’est donc déroulé l’édition « summer » du weather. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas le soleil mais bien la pluie qui a rythmé la journée.

C’est au Paris Event Center que s’est déroulée cette dernière édition, déjà connu pour avoir abrité l’édition « winter » du weather en février. Lieu immense et bien préparé pour affronter la pluie, c’est trois scènes que nous retrouvons : deux scènes intérieures situées dans le hangar et une scène open air couverte par un toit.

12h00 : c’est Chris Carrier qui ouvre le bal sur la scène open air, suivi des géants Détroit Swindle qui livrent un live de folie. La pluie n’arrêtant pas les plus motivés, le weather summer bat déjà son plein.

C’est dans la soirée que nous faisons notre entrée sur le lieu. La météo annonçant un temps plus que pluvieux, c’est de nos bottes et de nos k-way que nous nous sommes armés.

21h30 : nous arrivons sur les lieux. Après avoir pris quelques repères, nous récupérons nos cartes cashless et nous nous dirigeons vers le son qui émane du hangar où Tommy Four Seven fait balancer la foule comme à son habitude.

Durant la soirée, la musique bat son plein et la foule ne cesse de danser. On peut apercevoir des centaines de personnes danser, certains abordant des costumes toujours aussi amusants comme un chevalier dans son armure (l’OFNI toujours là pour animer un festival), une licorne ou encore un panda.

C’est deux grands artistes qui se partagent les scènes intérieures aux alentours d’une heure du matin. Rebekah nous envoie un set de techno pur et dur qui déchaîne la foule. Seul bémol : le système son ne semble pas adapté sur cette scène, ce qui à notre avis gâche un peu la qualité de la prestation. De son côté sur la scène 2, Delano Smith envoie comme à son habitude un live house qui satisfait tout le monde.

A 2h00, c’est Paul Ritch qui fait son entrée sur la première scène, nous livrant un véritable set techno contenant percussions et basses endiablées, tout comme Dave Clarke qui apparaît ensuite. On fera un petit détour par la petite tente endiablée du Camion Bazar que l’on aime toujours autant.

C’est ensuite vers le groupe Phuture, pionnier de la musique acid que nous nous dirigeons sur la scène 2. Première impression ? Waouh ! Il balance un méchant son qui fait vibrer toute la salle. On y restera jusqu’à la fin du set aux alentours de 4h00 avant d’aller taper du pied devant Carl Craig, notre petit chouchou de la soirée. On notera à cette heure-ci que la sueur coule à flot, littéralement. Après l’édition winter de février qui avait récoltée de nombreux commentaires concernant les gouttes de sueur qui tombaient du plafond pendant la soirée, on pensait que ce problème serait réglé. Mais c’est avec surprise (agréable ou pas?) que nous avons constaté que le problème persistait. Certains ont eu la bonne idée d’ouvrir leurs parapluies à l’intérieur pour se protéger, sautillant alors avec humour armés de ceux-ci sur un son tambourinant.

[av_slideshow size=’featured’ animation=’slide’ autoplay=’false’ interval=’4′ control_layout= »]
[av_slide id=’14345′][/av_slide]
[av_slide id=’14348′][/av_slide]
[av_slide id=’14347′][/av_slide]
[av_slide id=’14346′][/av_slide]
[av_slide id=’14344′][/av_slide]
[/av_slideshow]

© Crédit Photos : Max Pillet Photography

Le Closing

On terminera la soirée sur un closing de W.LV.S, ralliant deux légendes, Manu le Malin et Electric Rescue, pour finir en beauté.

Une fois la soirée terminée, c’est une grosse masse de fêtards toujours plein d’entrain que nous pouvons voir vider le Paris Event Center. Parmi eux, certains iront danser de plus belle à l’after de la weather organisé à la Concrete, d’autres se dirigeront vers la Lost In A Moment du Château de Vincennes un peu plus tard dans la journée. Pour les autres (dont nous faisons partis), c’est vers la maison que nous nous dirigerons pour une nuit de sommeil bien méritée !

Et pour finir … Le Weather Summer c’est :

De la pluie, du gros son techno, et des festivaliers toujours prêts à danser !

Un conseil pour la prochaine édition du weather ? N’oublie pas ton k-way, que ce soit pour éviter la pluie ou les gouttes de sueur, il servira c’est certain !

[av_hr class=’default’ height=’50’ shadow=’no-shadow’ position=’center’ custom_border=’av-border-thin’ custom_width=’50px’ custom_border_color= » custom_margin_top=’30px’ custom_margin_bottom=’30px’ icon_select=’yes’ custom_icon_color= » icon=’ue808′ font=’entypo-fontello’]

Related Post

musichill