Riptide Explore… DubstepFrance, mettre en avant la culture du Dubstep.

Cette semaine Le Mag consacre son attention sur le milieu du « dubstep ».

Pour cela nous avons décidé de vous présenter la mixtape très complète présentée par DubstepFrance.

 

The French Monsters se dissocie en deux parties pour pouvoir vous donner une vision générale de la scène dubstep française.

C’est donc le fleuron français qui se rassemble sur cette mixtape pour vous envoyer des basses bien profondes sur un rythme effréné.

Rappelons que la Dubstep est un genre qui ne parle pas à tout le monde mais on ne peut cacher la qualité et l’atmosphère de cette électro qui a baignée dans la noirceur de nos garages.

Le Dubstep est caractérisé par un son sombre, des basses profondes ainsi que l’utilisation de fréquences passant sous la barre des 100hz, le tout associé à un rythme oscillatoire.

En constante évolution depuis son apparition au début des années 2000, le style s’est peu à peu imposé auprès des amateurs de « kick / sub / snares & claps » afin de devenir un genre éclectique dans sa composition.

En tout cas, DubstepFrance l’a bien compris et se fait un plaisir de vous le compiler pour pouvoir découvrir ou redécouvrir ce style spécifique. Par la présence de ténor du dubstep ainsi que de jeunes talents, l’association a souhaité varier les goûts et les plaisirs dans cette mixtape.

Voici la première partie, sortie depuis le 19 octobre et la seconde qui vient de paraître :

DubstepFrance c’est une page communautaire sur Facebook qui met en valeur l’actualité du dubstep. Orchestré par Théo Cauderlier et Laurick Peyraud, ce projet est le résultat d’une bande de potes qui souhaitaient donner la visibilité pour le dubstep.

En abordant des sujets comme les différents événements, les artistes français mais aussi en mettant en avant les labels.

Les deux fondateurs résument leur but comme étant d’élargir les canaux de diffusions du dubstep, de couvrir les événements qui ont lieu en France mais aussi dans des pays francophones (Suisse / Belgique).

Pour en connaître un peu plus sur leur projet ainsi que ce qui les anime, nous leur avons posé quelques questions :

1) Comment s’est concrétisée l’idée de ce projet ?

Tout a commencé grâce à un covoiturage pour aller à une soirée Dark Pack à Toulouse. C’est comme ça qu’on s’est rencontrés, on est vite devenu amis grâce à notre amour partagé pour le Dubstep.

À force d’échanger sur la scène et ce qu’on espérait qu’elle devienne, on en est arrivé au constat qu’il n’y avait personne pour fédérer le mouvement français comme le font par exemple DNB France pour la drum’n’bass.

La deuxième chose qui nous a motivé à lancer le projet DubstepFrance c’est la montée en puissance des artistes Français que ce soit ces dernières années ou plus récemment.
On a la chance de rayonner à l’international depuis longtemps grâce a ceux qu’on aime bien appeler les « papas » du dubstep Français comme The Unik, Niv.0, Habstrakt, Von.D

Et aujourd’hui on a des gars comme Ivory, Samplifire ou Answerd qui ne cessent de faire parler d’eux que ce soit en France ou à l’étranger. On serait incapable de citer tout le monde tant ils sont nombreux. Nous sommes très fiers d’avoir la chance de travailler avec eux et d’en compter certains parmi nos amis.

Du coup en partant de cette idée on a décidé de se lancer et de créer ce qu’on pourrait appeler une sorte de « fan media » pour essayer de rassembler aux mieux toutes les infos qui concernent le dubstep français et ses actualités, et ainsi apporter notre contribution à cet univers si unique en son genre.

On a aussi eu la chance d’être aidé et conseillé par notre entourage. On pense entre autres à l’Atelier Draphique et a Philtr Design, qui travaillent sur nos visuels depuis le début, mais aussi Diskirz et Nacha qui nous ont apporté leur touche en nous procurant nos premiers Guest mix et ainsi nous ont donné une crédibilité dès le départ.

Aujourd’hui DubstepFrance c’est surtout une équipe de 7 personnes et nous nous devons de lui rendre hommage dans son ensemble car c’est elle qui fait tourner la machine au quotidien.

2) Quelle est votre vision de la scène Dubstep française ?

Pour ce qui est des artistes que nous avons déjà commencé à évoquer, il y a très certainement un univers qui se dégage de ce que nous produisons en France.
Les nouveaux producteurs sont de très bons techniciens en terme de sound design et d’originalité.
Il y a un esprit qu’on trouve plutôt underground d’un point de vue global et qui est d’une puissance incroyable.
De ce que nous pouvons voir à chaque fois qu’un frenchy joue sur une scène française ou étrangère, il a toujours tendance à complètement retourner les lieux et marquer les esprits.

On n’est pas en reste sur les événements non plus! Il y a de plus en plus de gros festivals comme

Dream Nation ou I Love Techno par exemple qui proposent des plateaux Bass Music.
C’est très certainement à Paris que le mouvement est le plus fort avec de nombreuses soirées dont celles des gars de Chwet et de 193 Records qui font un boulot énorme.
Puis dans de nombreuses villes partout dans le pays il y a des soirées régulières qui permettent à la scène d’être présente ailleurs que dans la capitale.
On se sent aussi forcément très proches des soirées EZ organisées par Totaal Rez à Lyon.
C’est notre fief, notre Messe Dubstep Mensuelle comme ils le disent si bien. Ils nous ont d’ailleurs donné récemment l’opportunité de fêter nos 1 an sur une de leurs dates.

3) Quel futur pour DubstepFrance ?

Déjà, continuer à diffuser tout ce qui se fait en Dubstep dans l’hexagone et multiplier les partenariats avec les autres acteurs de la scène Française pour vraiment fédérer le dubstep en France.

On aimerait aussi travailler plus avec l’étranger, que ce soit au niveau des artistes ou des événements.
Pour ce qui est du site internet on y pense mais rien de sûr pour le moment, et d’ici peu on se mettra à travailler sur notre prochaine compilation.

4) Quel est votre titre coup de cœur dans la première partie de la mixtape ?

Law : Dans la partie 1 j’adore celle de Diskirz, qui est d’ailleurs le « parrain » de DubstepFrance et l’un de mes artistes préférés. Et dans la seconde partie c’est surement « Burry Them » de 8er$ qui fait son grand retour dans le milieu du dubstep et qui risque de tout casser très rapidement !

Théo : Ce n’est pas évident de répondre, la compétition est rude, mais pour la Part one je dirais Beyond de Zeden qui m’a vraiment impressionné tant par la qualité de que par l’originalité du morceau.
Et pour la Part two, il y a plein de copains dessus c’est dur de choisir mais Cursed d’Answerd est sans doute ma favorite. Chaque fois qu’il sort une track c’est une nouvelle claque pour moi.

5) Comment est venu l’idée de la mixtape « The French Monster » ?

On avait vraiment envie de voir ce que pourrait donner une compilation qui rassemblerait la « French Fam » et à quel point cela pourrait être représentatif de ce qui se fait chez nous.

En plus on est très conscient et concerné du fait qu’il existe chez nous pleins d’artistes qui débutent dans le milieu, qui sont très talentueux et qui méritent de se faire connaitre, donc c’était aussi une façon pour nous de leur filer un coup de pouce pour développer leur potentiel.

6) Un mot pour la fin ?

On tient à remercier toutes les personnes qui suivent le projet et lui permettent d’avancer.
Que ce soit nos partenaires qui nous font confiance depuis le début ou le public qui répond toujours présent.

Et surtout un énorme Big Up à tout les artistes qui travaillent avec nous, rien ne serait possible sans eux !

 

Le coup de cœur de la rédaction :

Bien que nous ne soyons pas des experts, un titre aura retenu notre attention. « Warning » d’Hazeo nous a conquis, une profondeur sublimée par des altérations, des automations et une bonne dose d’oscillations.

Nous tenons à remercier DubstepFrance pour nous avoir dévoilé tous les dessous de leur projet ainsi que de nous avoir aussi éclairé sur la scène dubstep.

Related Post

Alban Tchaoussoff

Responsable des gourmandises lettrées que je vous procurerai !