Séance de relaxation avec Hover pour son dernier clip ‘Yoga’

Tu veux un tuto pour te détendre ? Riptide a ce qu’il te faut. Un doux mélange de Rap britannique et de sonorités dites « futuristes », et on obtient l’apothéose du chill.

Hover et Tall T nous racontent leurs exploits musicaux et pulmonaires à travers un titre très fruité. Un voyage tout en détente aux États-Unis, qui te donnera envie d’aller sillonner les routes à ton tour. Prend ton sac à dos, un stock assez conséquent de cigarettes rigolotes et suit le jeune producteur parisien pour une séance de relaxation parfumée.

Yoga : en quête d’évasion

Même si le thème a été abordé un nombre incalculable de fois, il est agréable de voir un vidéo clip détaché de ce dernier. Et dans le rôle du rappeur qui virevolte entre des lignes simples, c’est le flow très atypique et « british » du rappeur Tall T qui pose sur la délicieuse production du français. Paroles décomplexées, pour faire l’apologie d’une herbe tendre qui possède les vertus du Yoga. Pour la petite histoire, les voix d’enfants sont celles de népalais rencontrés durant un précédent voyage. Si les États-Unis forment un pays gigantesque, les frontières géographiques n’ont pas d’importance aux yeux du Yoga.

Sacha Vucinic, dit le réalisateur astucieux

Globalement, on retiendra que ce clip est vraiment plaisant à regarder. Sacha Vucinic nous fait don d’une maîtrise pleine de malice pour cette réalisation. La promenade se déroule à travers un enchaînement de plans lent, où l’on y découvre paysage américain toujours aussi riche par sa diversité. Un road trip pleins de rencontres et bons moments, qui tendent à rappeler l’été et ses prémices lointains. On soulignera le montage du clip, où la synchro est de mise vis à vis des différents protagonistes qui apparaissent à l’écran. Et Monsieur Vucinic laisse une belle empreinte sur l’exercice ; lui qui est habitué aux tournages plus conventionnels, dans un espace précis et avec des personnages principaux, il réussit à varier de registre avec succès.

Hover dans un autre registre

Il nous avait habitué à quelque chose de plus carré. Toujours très actuel et intime dans sa façon d’entrevoir la musique, Hover produit initialement de la Deep House (faites d’ailleurs attention aux hendeks). Ce côté minutieux et très fin, on le retrouve également dans cette facette du jeune multi-instrumentiste.

 

Pourtant, les sonorités qu’il affectionne sont toujours aussi discernables : une guitare façon psychédélique, un beat léger où la basse classique a été préférée aux 808. Bref, l’ami Hover n’a pas fini de nous surprendre. On se souvient d’ailleurs de son titre ‘Don’t Keep Me Down’, dont le clip avait été posté sur notre chaîne Youtube !

Related Post

Léopold Bertrand